Naruto Sen Sen

Un forum RP dans l'univers de Naruto
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Cho Tsukiyo, Désertrice étudiante [accepté]

Aller en bas 
AuteurMessage
Cho Tsukiyo
Désertrice albinos
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 22/09/2008

Feuille de personnage
Points de vie:
4/4  (4/4)
Points de chakra:
8/8  (8/8)

MessageSujet: Cho Tsukiyo, Désertrice étudiante [accepté]   Mar 30 Sep - 14:44

Nom : Cho
Prénom : Tsukiyo

Sexe : Féminin

Age : 18 ans
Taille : 1m70
Poids : 68 kilos

Village : Shishi



Nindô : "Tout le monde meurs un jour … Autant que ce soient les autres d’abord."



Description physique :

Tsukiyo est une jeune femme albinos. Ses cheveux qu’elle porte longs, sont aussi blancs que le visage qu’ils encadrent est pâle. Ses yeux bleus, très clairs, sont bordés de tatouages rouges. Un regard souvent froid mais qui exprime tout aussi bien la colère que la tendresse envers ceux qui savent s’en faire une amie fidèle. Un regard qui, quand elle s’ennuie, pars vers l’horizon et observe ce qui l’entoure avec une attention particulière qui lui permet souvent de mieux connaître les gens.
Assez grande, elle s’habille généralement de longs vêtements noirs qui lui couvrent entièrement le corps, et des gants fins lui protègent les mains pour les missions.
De jours, une capuche lui recouvre la tête et un voile légèrement transparent lui cache le visage. On peut voir te temps à autre le tatouage qu’elle porte sur le cou et celui qu’elle porte au front, mais elle ne retire son voile que la nuit, dès que le Soleil se couche, jusqu’aux première lueurs de l’aube.
La jeune femme porte un ensemble de bijoux, des boucles d’oreilles aux bracelets de pieds en passant par les colliers et les bracelets tout courts. Ces bijoux sont assortis à ses vêtements qu’elle porte habituellement, un ensemble pantalon taille basse aux couleurs rouges et orangées ocres. Son haut court, fait à partir des mêmes tons, lui laisse le ventre et les bras nus. Tenue légère et souple qui ne la gêne pas dans ses mouvements et lui permet de se mouvoir avec aisance.



Description mentale :

Tsukiyo a mauvais caractère. De nature assez emportée, elle réagit souvent plutôt mal pour peu qu’on l’énerve. On la dit impulsive, même si elle se trouve tout simplement plus spontanée que d’autres. Assez farouche et souvent stressée, elle reste pourtant calme face aux situations qui l’exigent. Attentive pour ceux qui l’intéressent, elle a plutôt tendance à oublier rapidement ce qui ne l’intéresse pas.
Tendue dans presque tous ses rapports avec les autres, elle reste méfiante et sur ses gardes dès qu’il s’agit de faire la discussion ou d’être à proximité de quelqu’un. Assez froide d’ailleurs, elle sait pourtant adresser une oreille et son attention à certaines personnes, soient qu’elles l’intéressent, soit qu’elle juge qu’ils aient quelque chose qui puisse lui servir ou d’intéressant à dire.
D’un naturel relativement peu amène, la jeune femme crée pourtant des liens solides avec ceux qu’elle aime. Elle peut être prête à tout pour eux, malgré une certaine réticence à "défendre la veuve et l’orphelin", philosophie qu’elle n’a jamais pu adopter durant ses années d’académie et son début d’entraînement de Kunoichi. Philosophie qu’elle juge de toute manière inutile, car pour elle, les faibles n’ont pas de vraie place dans la société. Elle accorde donc son respect plus ou moins marqué à ceux qui sont dignes de le recevoir.



Histoire :


Cho Tsukiyo, née sous le nom de Saitô Asahi, est née au pays de Kumo. Née dans une famille pauvre d’un village éloigné. La petite fille aidait son père à travailler dans les champs, ou sa mère à confectionner des gourdes ou même des vêtements qu’elles revendaient au marché. Les années passaient, un deuxième enfant arriva dans la famille, un petit garçon cette fois. Ce fut le bonheur des parents, un fils à la maison ! Ils prévoyaient déjà de le remplacer dans certains travaux à la place de sa sœur aînée. Elle avait huit ans à ce moment là.
L’arrivée du bébé bouleversa l’enfance paisible de la petite fille qu’elle était. L’attention de ses parents se détourna d’elle, et une bouche à nourrir de plus signifiait plus de travail pour pouvoir s’en occuper. Le bébé grandit, à 3 ans, il était énergique, éveillé : la fierté de ses parents. C’est lorsque son père tomba malade et que la jeune fille de 11 ans dû travailler presque seule pour continuer à nourrir sa famille et tenter de soigner son père qu’une sorte de révolte s’empara du cœur meurtrit de la gamine. Sa mère inquiète, son frère mesquin et sournois lui jouait des tours, et son père malade, une couche de verre se cristallisait petit à petit autour de l’esprit et de la sensibilité d’Asahi.
De temps en temps, des ninjas passaient au village. Fascinée par ces gens considérés comme des demi-dieux dans ce petit coin perdu, elle s’éclipsait discrètement pour aller les espionner dans leur campement. Elle avait appris à se déplacer sans bruits, au milieu de la forêt, comme elle devait chasser pour utiliser les peaux pour la couture de sa mère et la viande pour nourrir la famille. Elle ne savait pas que derrière leurs airs paisibles, ces hommes et femmes la repéraient quelques fois, mais ne lui disaient pas de se montrer. Elle les voyait s’entraîner des fois, et elle répétait chez elle, enfermée au sous-sol, des mouvements imparfaits, entrevus ou parfois trop difficiles. Mais elle y mettait du cœur, de la passion. Des fois, elle répétait les taos d’une technique, mais jamais rien ne se passait. Comment une petite paysanne pouvait elle bien réussir quoi que ce soit ?

Six mois après la maladie de son père, un ninja médecin arrive au village. On requerra à ses services pour soigner l’homme dont l’état avait du mal à se remettre d’une longue maladie, suivie d’une chute d’un arbre de la forêt. Le médecin accepta, soigna le père, et s’en fut se promener dans les alentours. Asahi qui était partie travailler à ce moment là, ne s’aperçut pas que quelqu’un l’observait depuis un moment quand elle vit surgir de derrière les arbres le ninja. Le sourire que celui-ci affichait n’était pas pour la rassurer, la peur des étrangers et la mystification de ces gens n’était pas pour l’aider. C’était la première fois qu’elle parlait avec une élite du pays.
Le médecin avait bien vu dans les mouvements de la fille, qu’il y avait quelque chose en plus que chez les autres enfants de villages qu’il avait traversé. Peut être que celle-ci avait quelques prédispositions à l’art ninja … Son irruption effraya la gamine qui commença par reculer. Il ne savait pas qu’elle pensait avoir touché à quelque chose d’interdit pour elle, et qu’elle en serait gravement punie. L’homme tenta de la calmer.


« Non, voyons, ne recule pas. Est-ce que tu peux me refaire ce que tu as fait tout à l’heure, plus vite ? »

« Pourquoi ? »

« Parce que tu ne le faisais pas parfaitement, et je pourrais t’aider à le faire très bien si tu le voulais. Tu veux bien essayer ? »

« Je … J’ai le droit ? »


Un sourire engageant aux lèvres, l’homme acquiesça. Sous le regard douteux, méfiant et craintif de la gamine, il l’observa. Timide au début, le silence de son interlocuteur laissa à Asahi le temps de s’habituer à sa présence et à se concentrer, non plus sur lui, mais sur son mouvement. Quand il se leva pour s’approcher, la fillette ne le vit pas venir. Il avait voulu lui montrer la vitesse que pouvait posséder un ninja, et l’empêcher de s’enfuir s’il arrivait plus doucement. Il se retrouva devant elle, les deux mains sur ses épaules, assez solides pour son âge. Les travaux des champs l’avaient un peu développée. Les yeux dilatés, le souffle coupé sous le choc du contact qui n’était pas violent, la peur éprouvée était sur proportionnée par rapport à ce qu’il se passait.
Quand elle se calma, il la prit par le bras et lui refit faire son mouvement, jusqu’à ce qu’elle l’assimile.


« Voilà, comme ça. C’est déjà beaucoup mieux. Essaye plus vite, le plus vite possible pour toi. »

« Oui. »


Et c’est ce qu’elle fit. La vitesse qu’elle montra à ce moment fini de persuader l’homme que la gamine pouvait avoir du talent. Mais quand il lui demanda si elle souhaitait aller avec lui pour apprendre « toutes ces choses », elle refusa et s’enfuit. Il la laissa aller, et repassa au village le lendemain, mais ne la trouva pas. Il laissa un mot sous sa couverture, glissé discrètement alors qu’il allait vérifier l’état de santé du père. Pas de trace de l’enfant albinos. Il dû s’en aller et se promis de repasser par là plus tard.

Il tint parole. C’est une jeune fille de 13 ans qu’il retrouva, au même endroit, à faire des choses étonnantes. Elle s’était développée, et ses soirées espionnage des ninjas de passage lui avaient appris de nouvelles choses. Elle essayait d’enchaîner plusieurs mouvements trop techniques pour elle. Sa maladresse le fit sourire, mais il retrouva la même volonté et la même dureté dans le regard de la jeune fille. Ces années ne s’étaient pas écoulées sans laisser de traces dans l’esprit d’Asahi. Ses parents et les gens du village la rejetaient à cause de sa peau. Son frère s’amusait à lui rendre la vie infernale, et sa différence se faisait cruellement ressentir.
Elle voulait partir, mais elle ne connaissait presque rien du monde extérieur, à part les histoires que racontaient les rares voyageurs de passage. Cette fois, quand il s’approcha, la fille ne recula pas, ne cilla pas, ne rougit pas. Ils se saluèrent tout simplement d’un signe de tête.


« Tu te souviens de moi ? »

« Evidemment. Même les paysans ont une mémoire, monsieur. Et une petite fille se souvient d’une main qui se tend. »

« J’en suis heureux. J’aurais voulu revenir plus tôt … Je t’ai laissé perdre du temps ici. Serais tu prête à m’accompagner cette fois ? »

« Oui, je ne peux pas vivre ici. Je suis considérée comme un monstre. Et puis je fais des choses qu’ils ne comprennent pas des fois. Ils ont peur aussi. »

« Tu veux repasser chez toi dire au revoir ? Je passe la nuit dans les environs, je t’attendrais jusqu’à demain au levé du Soleil. Après je devrais partir. J’aimerais ne pas repartir sans toi. »

« Je serais là bien avant le levé du Soleil. A ce soir. »


Et elle partit. Une lueur farouche brillait dans son regard, la honte de ses parents prendrait fin, elle disparaîtrait de leur vie. Elle ne supporterait plus les sournoiseries de son frère qui faisait tout et n’importe quoi pour que les ennuis retombent sur elle. Elle quittait cette vie sans regrets. Elle n’annonça pas son départ, elle prit ses rares affaires et sortit avant le dîner. Elle l’avait préparé, comme à son habitude, mais son père était encore parti avec son fils adoré pour dépecer les animaux de la chasse, et sa mère acheter du fil, reviendrait deux jours plus tard. Elle laissa un mot, un unique mot.
« Adieu ».


A Kumo, elle apprit la base des arts Ninjas, mais elle n’aimait personne, et le seul qu’elle connaissait ne pouvait pas lui consacrer beaucoup de temps. Elle se retrouva seule, dans le village de Kumo, un univers complètement différent du siens, des gens nouveaux, des choses nouvelles, des odeurs, un rythme de vie, … Tout ce à quoi elle n’était pas habituée. Elle devait déjà subir les regards curieux des autres, les remarques acides, … Et la guerre vint perturber le village. Elle se mit à haïr tous ces gens, ses Senseis qui pensaient qu’une fille comme elle était une incapable et les moqueries incessantes de ses camarades la fermèrent encore plus qu’avant. Elle se rendait compte que les Ninjas n’étaient pas des demi-dieux, et les dernières traces de sa candeur s’envolèrent en même temps que ses expériences avec ses congénères la rendaient plus sauvage.
Elle ne revit qu’une fois son ami, qui fut assassiné pendant la guerre. Elle n’avait plus d’attache, elle haïssait toujours d’avantage ceux qui l’entouraient. Un soir, ses camarades se joignirent pour lui tendre une embuscade. Elle était leur bouc émissaire, et cette fois, ils étaient trop nombreux pour qu’elle puisse se défendre. Elle se souvient du sourire satisfait du « chef de clan », alors qu’elle était allongée, devant lui, tentant de reprendre ses esprits après qu’une pierre reçue sur la tempe ne l’ait fait sombrer dans le noir. Il lui cracha au visage et lui lança avec un œil mauvais.


« Toi, on veut plus te voir. On veut pas de gens comme toi ici. »

Quand ils furent tous partis après un dernier coup de pied ou un dernier crachat, histoire de poursuivre l’humiliation jusqu’au bout, elle put se relever au bout d’une heure. Elle rentra chez elle, se soigna tant bien que mal, pris ses affaires et s’en alla. Elle non plus ne voulait plus les voir. Elle ne voulait pas de gens comme ça dans sa vie.

Elle prétendit rendre visite à sa famille pour avoir le droit de sortir quelques jours, et s’en alla à travers la campagne, s’éloignant le plus vite possible du village. Elle finit par rencontrer par hasard un bandeau rayé. Alors que l’inconnue allait l’attaquer, Asahi se présenta. L’autre l’accepta et la pris sous son aile, le temps de l’emmener jusqu’au village des déserteurs, deux ans plus tard. La jeune albinos changea de nom, et elle pensa avoir enfin trouvé un lieu où elle pourrait apprendre sans avoir à subir la haine des autres, elle allait enfin pouvoir être tranquille quelque part. Peut être enfin une terre où elle pourrait ne pas subir le regard des autres.



Caractéristiques :

Taijutsu ( T ) : 3
Ninjutsu ( N ) : 4
Genjutsu ( G ) : 2

Force ( F ): 2
Vitesse ( V ) : 5
Intelligence ( I ): 4

Points de vie ( PV ) : 4
Points de chakra ( PC ) : 8


Dernière édition par Cho Tsukiyo le Dim 19 Oct - 12:20, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaguya Miya
Mizukage
Mizukage
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 19/09/2008

Feuille de personnage
Points de vie:
0/0  (0/0)
Points de chakra:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Cho Tsukiyo, Désertrice étudiante [accepté]   Lun 13 Oct - 22:18

Bah oui ça va, tu peux même continuer Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cho Tsukiyo
Désertrice albinos
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 22/09/2008

Feuille de personnage
Points de vie:
4/4  (4/4)
Points de chakra:
8/8  (8/8)

MessageSujet: Re: Cho Tsukiyo, Désertrice étudiante [accepté]   Mar 14 Oct - 0:09

Boui, désolée c'était censé arriver ce soir ... Mea culpa Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hector
Chef des Déserteurs
avatar

Messages : 33
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Re: Cho Tsukiyo, Désertrice étudiante [accepté]   Ven 17 Oct - 20:48

Excellent, une nouvelle victime a martyriser. Bien sur c'est ok pour moi.

Par contre j"hésite pour le rang : désertrice Agricole ça te va ? ^^

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Zaitoichi Miho
Désertrice droguée
avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 19/09/2008

Feuille de personnage
Points de vie:
60/60  (60/60)
Points de chakra:
320/320  (320/320)

MessageSujet: Re: Cho Tsukiyo, Désertrice étudiante [accepté]   Ven 17 Oct - 20:49

Bienvenue à Shishi no kuni ! Rajoute juste tes caracs et ce sera parfait !

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cho Tsukiyo
Désertrice albinos
avatar

Messages : 10
Date d'inscription : 22/09/2008

Feuille de personnage
Points de vie:
4/4  (4/4)
Points de chakra:
8/8  (8/8)

MessageSujet: Re: Cho Tsukiyo, Désertrice étudiante [accepté]   Dim 19 Oct - 12:21

Vala, valaaa c'est tout finiii.

Désertrice Agricole ... 'foiré va Razz c'que t'as mis c'est parfait ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Cho Tsukiyo, Désertrice étudiante [accepté]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Cho Tsukiyo, Désertrice étudiante [accepté]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» dine étudiante illustratrice
» L'organisation de Tsukiyo [RP]
» Zia, étudiante en photographie.
» Manifestation étudiante imprévue
» Roman accepté par maison à compté d'éditeur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Sen Sen :: Présentation de Votre Perso :: Un modèle de présentation vous aidera à faire vos premiers pas-
Sauter vers: