Naruto Sen Sen

Un forum RP dans l'univers de Naruto
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Hyûga Keiko, jounin et chef du clan Hyûga

Aller en bas 
AuteurMessage
Hyûga Keïko
Chef du clan Hyûga
Chef du clan Hyûga
avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 18/09/2008

MessageSujet: Hyûga Keiko, jounin et chef du clan Hyûga   Mar 23 Sep - 21:18

Nom : Hyûga
Prénom : Keiko
Sexe : féminin
Age : 25 ans
Village : Konoha

Description physique :


Description mentale :


Nindô : La "voie du ninja" de votre personnage, tient généralement en une phrase.

Histoire :
Keiko Hyûga est née avec les fleurs de cerisier, petite fille vite choyée du chef du clan, le jeune mais respecté Akira Hyûga et de sa belle et tendre épouse, Hyûga Sanako. Certes, Keiko n’était pas un garçon, mais sa naissance fut accueillie comme un heureux évènement par la Sôke toute entière. Seuls quelques membres râleurs de la Bunke y virent le présage d’un changement assez radical de statut pour leur rejeton, mais quelle importance ? Keiko, en tous cas, n’y était pour rien, et arrivait dans ce beau monde avec toutes les chances de son côté. Restait à savoir ce qu’elle allait en faire.

De ce côté-là, ses parents – et plus particulièrement les membres à responsabilités de sa famille -, faisaient tout pour qu’aucune chance ne soit gâchée bêtement. Keiko fut confiée très jeune à un professeur du nom de Jiro, un jeune jounin de la Bunke, chargé de lui enseigner les rudiments du taïjutsu jusqu’à ce qu’elle soit suffisamment grande pour accorder tout le calme et l’attention que méritait le cours d’un membre de la Sôke, c’est-à-dire un an avant son entrée à l’Académie. Mais Akira se tenait informé des progrès de sa fille, et surveillait son éducation autant que son emploi du temps de responsable de clan le lui permettait. L’éducation de la gamine devait être absolument parfaite. Keiko fut donc doucement polie sur le modèle du petit Hyûga exemplaire, certain que ses traditions sont parfaites, que son style de combat est sublime, que le travail c’est le bonheur, que la fainéantise c’est le Mal Absolu, et que le clan Hyûga est le meilleur du monde.

D’ailleurs, ces préceptes étaient tellement bien ancrés dans l’esprit de Keiko que, lorsque pendant une de ses rares escapades en dehors des quartiers de son clan, elle croisa la route d’un petit Uchiha, elle ne vit en lui que le petit sacripant-lâche et pleurnichard, archétype de l’Uchiha selon les dires de certains Hyûga. La fillette se souvenait très bien de ce que lui avait dit son père, après un entraînement difficile.


* * *


Hyûga Akira était assis sur le sol et, agenouillée bien sagement devant lui, en prenant garde à se tenir bien comme il fallait, était toute ouïe, comme à chaque fois qu'une révélation allait lui être faite.

- Tu as bien travaillé aujourd'hui, Keiko. Mais il faudra que tu redoubles d'efforts quand tu entreras à l'Académie.
- Oui, Ottousan. Mais j'ai quand même hâte d'être à l'Académie.
- Ah ? Et pourquoi ça ?
- Pour... pour avoir plein de nouveaux amis !


Keiko pensait déjà au petit Uchiha qu'elle avait croisé, à une petite sans-clan qui lui avait montré la plus belle boutique de Kimonos de Konoha, et à tous ceux qu'elle avait vu de loin sans pouvoir les approcher, alors qu'elle regardait l'extérieur du quartier où elle passait l'essentiel de ses journées. Mais biensûr, elle se doutait que l'amitié n'était pas un argument recevable pour son père, c'est pourquoi elle s'empressa d'ajouter :
- Et pour devenir plus forte et aider le clan Hyûga et Konoha.

Un vague sourire se dessina sur les lèvres sans couleur d'Akira, mais la conversation n'était pas si légère qu'elle en avait l'air. Il devait mettre en garde sa fille contre les dangers de la vie 'à l'extérieur'.

- Keiko, écoute moi bien. Il faudra que tu te méfies des autres enfants. Certains voudront peut-être te détourner de tes objectifs, et si tu te détournes ne serait-ce qu'un instant du droit chemin, tu ne pourras jamais être la Kunoichi que tu rêves de devenir. Que tu dois devenir. Certaines personnes ont une vision déformée de notre famille, et se permettent de juger des traditions qui les dépassent. C'est à toi de leur montrer ce que vaut une Hyûga. Tu ne dois pas me décevoir. C'est compris ?

La petite fille n'était pas vraiment surprise de toutes ces recommandations, même si elle n'avait pas imaginé que le monde extérieur puisse être si redoutable que ça. Cependant, elle se promit de tout faire pour que son père soit fier d'elle, et inclina doucement la tête pour dire qu'elle était d'accord, comme lui avait montré sa maman.

- Oui, ottousan, je ferai attention et je travaillerai beaucoup pour être la plus forte et leur montrer de quoi est capable un Hyûga. Promis.

- C'est bien. Fait particulièrement attention aux Nara, qui portent leur fainéantise comme un trophé, et des Uchiha, car cette famille a souvent trahi Konoha. Retiens bien ça. Allez, tu peux terminer tes étirements.


* * *

Les journées de la jeune fille étaient si chargées qu’il ne lui restait que peu de temps pour accomplir quelques missions comme sauver des chats, et elle n’eût pas beaucoup d’occasions pour recroiser le petit Uchiha (qui poussait comme un bambou).

L’entraînement occupait une place énorme dans l’emploi du temps de Keiko, et ce depuis des années, si bien que son entrée à l’Académie n’était qu’une sorte de formalité. Et l’avantage était que, assise derrière une table, elle pouvait se reposer. D’autres auraient pensé que les longues cérémonies courantes chez les Hyûga auraient été une bonne occasion de se reposer, mais pas question quand on est la petite fille prodige, que des enfants de notre âge sont ou seront amenés à risquer leur vie pour nous : il faut montrer l’exemple et avoir une conduite irréprochable, donc paraître fascinée par les sermons des membres du conseil.

Bien entendu, la réussite de l’examen genin fut pour Keiko une occasion de profiter d’une nouvelle vie. Akira avait donné son accord pour que la jeune fille soit confiée à un sensei, et intégrée à une équipe de genin (à condition que ladite équipe n’exécute aucune mission qui mettrait en péril la vie ou même la santé de la future cheftaine du clan). Keiko eut alors le grand bonheur de retrouver Genji, l’Uchiha, mais aussi le déplaisir de se retrouver avec un Nara feignant (le Mal, donc). La gamine continuait de s’entraîner avec son père, en plus des entraînements de l’équipe et des missions. Ces dernières, bien que raisonnablement peu dangereuses, étaient une occasion sans pareille pour resserrer les liens entre les deux meneurs de l’équipe, Genji et Keiko.

Les deux passèrent jounin alors qu’ils atteignaient leur dix-septième année. Genji en profita pour faire évoluer leur relation : ils étaient plus que de simples amis, ça crevait les yeux et il était temps de l’officialiser. Le petit couple fut malheureusement vite séparé : Genji partit à la guerre, six ans plus tard, alors que Keiko –dont la vie était trop précieuse pour qu’on prenne le risque de la voir s’éteindre bêtement-, resta à Konoha, à s’occuper de son clan et à exécuter pour le village des missions importantes, mais pas dangereuses pour deux Ryos. Elle était maintenue au courant de l’état de santé de son Genji, mais les trois ans passèrent à la vitesse d’une limace. Peu avant la fin de la guerre, Akira rejoignit le conseil et donna sa place à sa fille. Keiko disposa donc d’un panel de responsabilités, toutes plus honorifiques et chronophages les unes que les autres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hyûga Keiko, jounin et chef du clan Hyûga
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Iron Chef ] Osef Corporation - Hot Fuse
» réussite examen caporal et caporal chef
» Le chef de bataillon MONTALEGRE à BEUTHEN
» Le clan Rhett Butler, de Donald McCaig
» Capitaine Maurice Anjot, le chef méconnu des Glières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Sen Sen :: Présentation de Votre Perso :: Un modèle de présentation vous aidera à faire vos premiers pas-
Sauter vers: